Economie&Business

Madagascar : Symrise mise sur les plantes


Suzy Le Helley, parfumeur chez Symrise

Vanille, poivre noir, baie rose, ylang-ylang, cannelle, citronnelle, mandarine, ... Symrise, le groupe allemand présent dans plus de 100 pays, a créé une filiale à Madagascar en 2014 pour exploiter ces plantes pour des débouchés à l'international : alimentation fine, bases de parfums vendues aux groupes de luxe.

Symrise a déclaré avoir réalisé des ventes à hauteur de 917,1 millions d'euros à travers sa centaine de filiale en 2019. Le groupe allemand coté en bourse à Francfort a fait ainsi croître de 8% ses activités. Madagascar est l'une de ses bases les plus importantes grâce aux produits rares comme la vanille et l'ylang-ylang, mais également aux produits exotiques de la Grande Île comme le poivre noir, la baie rose, le géranium, la citronnelle, le vétiver, ou la mandarine, que Symrise plante dans les 90 villages de la Sava (Sambava, Andapa) et la Diana (Antsiranana).

Symrise travaillent avec plus de 10.000 planteurs de ces régions, qui sont formés depuis 2014 pour chaque produits exploités à travers des coopératives locales. La vanille naturelle, dont Madagascar est le premier producteur mondial, est expédiée et traitée dans les usines allemandes de Symrise pour la revente aux grandes industriels alimentaires et du secteur du luxe en Europe et aux États-unis. Pareil pour les extraits d'ylang-ylang, de géranium, ou de citronnelle...

Dans une interview, Suzy Le Helley, experte en parfumerie chez Symrise, a expliqué : "Il y a une grande diversité de climats sur l’île avec des sols très riches, beaucoup d’épices et de plantes à parfums. Pour diversifier notre palette de naturels, nous avons proposé à notre réseau de fermiers de diversifier sa leur production en dehors de la saison de la vanille". 

"Par exemple, le gingembre CO2 est une version plus chaude et plus profonde. Ses facettes terreuses et boisées le rendent plus complexe et plus riche. Ces nouvelles cultures sont un moyen de diversifier les sources de revenus, au-delà de la vanille. Nous avons mis en place des pépinières pour fournir des plantes à parfums, des épices, nous apportons éventuellement des conseils pour la culture, certains agriculteurs vont tester certaines plantes, certains préfèreront une autre, en vantent les mérites à leur entourage, et testent de nouvelles associations de culture. C’est un processus dynamique, nous sommes très heureux des résultats".



About Alefa Press

0 commentaires:

Publier un commentaire

Fourni par Blogger.