Economie et Business

header ads

Le Kenya met à jour le nombre des entreprises actives enregistrées dans le pays

Des milliers d'entreprises du Kenya seront rayées du registre des entreprises lorsque le gouvernement entreprendra un exercice de nettoyage Service d'enregistrement des entreprises (Business Registration Service - BRS). L'exercice donnera des chiffres plus précis sur les entreprises officiellement enregistrées dans le pays. 

Cette mesure intervient à un moment où de nombreuses entreprises, en particulier les micro et petites entreprises (MPME) qui ont fermé leurs portes, et n'ont pas alerté le bureau d'enregistrement pour qu'il raye les noms commerciaux ou les entreprises des registres gouvernementaux.

Bien que le directeur du BRS, Kenneth Gathuma, ne puisse pas chiffrer le nombre d'entités qui pourraient être en sommeil, les archives montrent qu'elles sont opérationnelles. Il reconnaît que ce nombre pourrait être important. Cela se fonde sur de nombreuses enquêtes, dont certaines menées par des entités gouvernementales, qui ont montré que près de la moitié des petites entreprises ne dépassent pas leur deuxième année d'activité. Le nombre de nouvelles entreprises enregistrées en 2020 a atteint un niveau record, les kenyans étant aux prises avec des pertes d'emplois dues au Covid-19.

"Nous vérifions les données des entreprises inscrites au registre des entreprises, y compris les PME. Nous serons en mesure de retrouver qui est en sommeil. Cela peut être établi à travers divers indicateurs, tels que les entreprises qui ne produisent pas de déclarations ou même celles qui n'utilisent plus une adresse officielle pour s'inscrire et qui n'ont donné aucun changement d'adresse", a expliqué Kenneth Gathuma.

Il a rajouté : "C'est un processus de nettoyage des données qui est tout à fait un processus monumental. Au cours de l’année à venir, nous devrions être en mesure d’obtenir des progrès significatifs et d’avoir une certaine clarté quant à savoir qui fonctionne toujours et qui est en sommeil, et de nous assurer que nous les désenregistrons afin d’avoir des données précises". 

Dans de nombreux cas où les entrepreneurs quittent leur entreprise, rares sont ceux qui désinscrivent leur entité au registre des entreprises. Alors que le BRS enregistre environ 40.000 entreprises privées par an, le nombre d'entreprises rayées du registre se situe entre 1.000 et 2.000 par an. Les données du BRS montrent également qu'environ 60.000 noms commerciaux, en grande partie des MPME, sont enregistrés chaque année en moyenne.

Un rapport du Bureau national des statistiques du Kenya (KNBS) a indiqué de nombreux cas de fermeture d'entreprises. Le rapport a montré que 400.000 MPME n'ont pas atteint la deuxième année d'exercice, ce qui soulève des inquiétudes quant à la durabilité de ce secteur clé. Le rapport a également révélé que 46% des MPME sont liquidées au cours de leur première année d'établissement.

"La tendance des entreprises supprimées n'est pas aussi élevée que le nombre d'entreprises enregistrées. Nous n'avons pas vu de gens venir physiquement pour radier leur entreprise à la suite de Covid-19", a déclaré Gathuma. Le nombre de nouveaux propriétaires d'entreprise est en hausse cette année, les kenyans s'adaptant à la perte d'emplois ou à la réduction des salaires due à Covid-19. Les données du BRS ont montré que le nombre de noms commerciaux enregistrés au cours du trimestre de septembre a presque doublé, passant à 29.900 contre 15.000 l'an dernier. Au cours des neuf mois précédant septembre, 71.454 noms commerciaux ont été enregistrés, contre 60.312 pour l'ensemble de 2019.

Gathuma a noté que de nombreux kenyans qui avaient été licenciés ou avaient connu une modification de leurs revenus, principalement des emplois informels, avaient décidé de démarrer leur propre entreprise. "Ce que nous savons, c'est que beaucoup de gens peuvent avoir vécu un changement de statut de travail", a-t-il conclu.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires