Economie et Business

header ads

Afrique du Sud : des femmes s'arment contre les viols et les meurtres

En Afrique du Sud, le nombre de viols ne cesse d'augmenter depuis 5 ans pour s'établir à 53.296 en 2020, en hausse de 3,9% par rapport à 2019. Pour la même périodes, 2.771 femmes ont été assassinées. Malgré une campagne lancée par le gouvernement en 2019, le phénomène ne cesse d'augmenter. Et des dizaines de milliers de sud-africaines, certaines adossées à des associations, ont décidé d'apprendre à tirer et de s'équiper en arme à feu.

GOSA, une association de propriétaires d'armes à feu créée en 2015, a pris l'initiative de former les femmes au tir à l'arme à feu à travers un programme baptisé Girls On Fire. Cette décision est motivée par les tristes statistiques qui rajoutent à l'insécurité galopante enregistrée par l'Afrique du Sud. 

Themba Kubheka, une des responsables de GOSA, témoigne : "Ces formations sont destinées en particulier aux jeunes femmes noires, statistiquement les plus ciblées par la criminalité. Chaque femme ici connaît une femme qui a été violée ou agressée. Chacune a une histoire sur la violence de ce pays".

L’une des femmes qui ont adhéré à Girls On Fire a témoigné sur son cas, devenu trop fréquent dans le pays : "J'ai été violée il y a neuf ans à plusieurs reprises par mon voisin qui rentrait par la fenêtre de ma chambre. Je n'ai pas porté plainte et n’ai reçu aucun soutien car mes parents m'ont reproché d’apporter la honte sur ma famille. Puis quand je me suis confiée à un ami, celui-ci m’a violée à son tour, en me disant, ça t’apprendra à te taire".

Le nombre d'homicides en Afrique du Sud est l'un des plus élevés au monde et ne cesse de grimper chaque année. Le dernier rapport de la police sud-africaine établit plus de 21.000 personnes tuées en 2019-2020, en hausse de +1,4% par rapport à la période précédente.


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires