Economie et Business

header ads

Accord de Paris - COP21 : l'industrie du charbon veut imposer ses conditions

L'industrie du charbon parie qu'elle peut survivre à la décarbonisation de l'électricité et de l'industrie et conserver les combustibles fossiles dans le mix en s'appuyant sur la technologie de capture du carbone, a déclaré Michelle Manook (photo), directrice générale de l'Association mondiale du charbon (WCA).

"Cette technologie est un élément clé de l'Accord de Paris sur le changement climatique, et aidera à garder la pertinence de l'utilisation du charbon, même si les gouvernements et les entreprises accélèrent leurs efforts pour réduire les émissions qui réchauffent la planète et polluent les villes densément peuplées du monde", a confirmé Michelle Manook. .

L'Accord de Paris, signé en 2015, engage les pays signataires à réduire les émissions dès que possible pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré au-dessus des niveaux préindustriels, selon les scientifiques, pour prévenir les pires impacts du changement climatique. Cet accord appelle les pays à utiliser toutes les technologies disponibles, telles que le captage et le stockage du carbone (CSC), dans lesquelles les émissions sont stockées sous terre ou utilisées dans des processus industriels.

"Revenez à l'Accord de Paris. Revenez au panel international sur le changement climatique, les pays ont constamment été très clairs en affirmant que nous n'allons pas y arriver sans le CSC. Les politiques qui excluent le charbon ne sont pas utiles. Le CSC est une technologie éprouvée. Nous savons qu'elle peut être appliquée", a martelé Michelle Manook.

Le charbon qui a alimenté les révolutions industrielles depuis plus de deux siècles est de plus en plus critiqué et les banques et les assureurs, sous la pression des actionnaires, arrêtent de financer de nouvelles mines et centrales au charbon.

Mais le CSC est coûteux, comme le montre la première application commerciale de la technologie sur une centrale électrique. SaskPower, au Canada, a dépensé environ 1,2 milliard de dollars pour moderniser l'équipement CSC sur une unité relativement petite de sa centrale électrique de Boundary Dam. 

Michelle Manook a soutenu que les coûts diminueraient avec des économies d'échelle et que les gouvernements devaient fournir un soutien politique solide pour donner aux entreprises la confiance nécessaire afin d'investir dans de tels projets. SaskPower a déclaré que les coûts seraient jusqu'à 30% inférieurs lors de la prochaine rénovation à Boundary Dam.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires