Economie et Business

header ads

Afrique : cacao, maïs, blé, café, coton, ... L'agriculture sous les pressions du changement climatique

Le changement climatique rendra le développement agricole en Afrique plus difficile. Les conditions météorologiques sont de moins en moins favorables dans de nombreux cas, ce qui augmente la volatilité des rendements des cultures et du bétail. La fréquence et la gravité des événements extrêmes augmentent à mesure que les températures continuent à augmenter et que les précipitations se multiplient.

Selon une étude récente du cabinet McKinsey, dans l'ensemble, l'Afrique est vulnérable car pour nombre de ses cultures, elle se situe à la limite des seuils physiques au-delà desquels les rendements baissent. De plus, une part substantielle de l’économie de certains pays (par exemple, un tiers du PIB de l’Éthiopie et un cinquième de la production économique de l’Afrique subsaharienne) dépend de l’agriculture. Enfin, certains aspects de l'adaptation peuvent être difficiles. Les agriculteurs africains sont généralement plus vulnérables aux températures plus élevées, aux fluctuations des précipitations et aux rendements variables que les agriculteurs des pays développés, qui peuvent facilement obtenir une assurance-récolte, ajuster ce qu'ils plantent, irriguer leurs champs ou appliquer des produits chimiques de protection des cultures et les engrais.

Cette étude de cas s'est concentrée sur les principales cultures en Éthiopie et au Mozambique. À l'aide de modèles de rendement des cultures, elle évalue l'impact attendu du changement climatique en 2030 sur le blé et le café en Éthiopie et sur le maïs et le coton au Mozambique. Il est important de noter que l'Afrique est un continent aux climats diversifiés et que les résultats présentés ici ne sont pas représentatifs des défis ou des changements auxquels sont confrontés les autres pays africains. Le changement climatique affectera certaines régions d'Afrique plus ou moins qu'il n'affectera l'Éthiopie et le Mozambique.

D'ici 2030, l'Éthiopie pourrait faire face à une volatilité importante des rendements du café, tandis que le Mozambique pourrait faire face à une plus grande volatilité de la production de maïs.

Bien que la volatilité soit souvent symétrique, ce qui signifie que les chocs positifs et négatifs sont à peu près également probables, il est constaté que l'effet global de l'augmentation de la volatilité est négatif. Les agriculteurs et les autres acteurs de la chaîne de valeur ne profitent pas pleinement des avantages des bonnes années en raison d'une capacité limitée à vendre des récoltes exceptionnelles sur des marchés locaux peu développés, de l'absence d'infrastructure de stockage pour fluidifier l'approvisionnement pendant de nombreuses années, et de la médiocrité des infrastructures de transport qui permettent la vente. difficile sur d’autres marchés. Dans le même temps, une mauvaise année peut avoir des effets plus durables sur les agriculteurs. Pour les agriculteurs de subsistance, ils doivent par exemple devoir s'endetter, ou ne pas être en mesure de rembourser les dettes existantes.

D’ici à 2030, les producteurs de blé éthiopiens devraient faire face à une probabilité de 11% plus élevée qu’aujourd’hui d’une baisse de 10% ou plus du rendement annuel. Pour les producteurs de café en Éthiopie, la probabilité de connaître une baisse de 25% ou plus du rendement annuel pourrait passer de 3,2% à 4,2% en 2030, ce qui représente une augmentation de 31% et une probabilité cumulative de 28% au cours de la prochaine décennie. Si des chocs de rendement de cette ampleur se produisaient pour les deux cultures la même année, le taux de croissance du PIB de l’Éthiopie serait réduit d’environ trois points de pourcentage.

Au Mozambique, nous constatons qu'une perte saisonnière importante, plus de 30% de la récolte de maïs devrait passer d'un événement hautement improbable à un événement centenaire. Une baisse de 25% ou plus des rendements du maïs réduirait le PIB du Mozambique de 2,5%. Inversement, les rendements du coton deviendraient plus stables; cependant, étant donné la petite taille de la culture du coton, cela ne constitue pas un contrepoids solide aux impacts négatifs sur le maïs.

Que peuvent faire les agriculteurs africains pour atténuer l'impact du changement climatique ?

Une plus grande volatilité des rendements des principales cultures vivrières africaines entraînera probablement une plus grande volatilité des prix pour les agriculteurs et les consommateurs. Les pays africains s'emploient déjà à contrer la volatilité croissante, mais une meilleure planification et une mobilisation financière plus localisées seront essentielles.

La modernisation de l’agriculture africaine face au changement climatique exigera des investissements importants. Les investissements dans l'irrigation peuvent augmenter la probabilité que les agriculteurs maintiennent leurs rendements même lorsque le temps est défavorable. De meilleures routes peuvent aider à connecter les marchés, ce qui aiderait les agriculteurs à vendre leurs récoltes à des prix équitables. L'amélioration du fonctionnement des systèmes de production de semences fournirait aux agriculteurs de nouvelles variétés de semences adaptées aux nouvelles conditions. Des installations de stockage des récoltes améliorées empêcheraient la détérioration et le gaspillage de nourriture.

Les effets variés du changement climatique sur les régions et les cultures soulignent l’importance d’une planification ciblée de la part des gouvernements, des investisseurs et des donateurs internationaux. Les modèles de planification actuels ont du mal à tenir compte de ces effets. Premièrement, les projections publiées des impacts du changement climatique se concentrent généralement sur 2050 ou 2100, trop loin pour aider à prendre des décisions à plus court terme. Deuxièmement, les modèles climatiques et économiques axés sur les contextes locaux sont moins courants que les modèles plus larges. Les gouvernements, les entreprises, les banques de développement, les donateurs et d'autres organisations ont tout intérêt à intégrer des prévisions hautement localisées et spécifiques aux produits de base dans la planification agricole en Afrique.

Un accès plus large aux instruments financiers agricoles, tels que l'assurance-récolte, permettrait aux agriculteurs individuels et aux ménages de mieux gérer les risques liés au climat. Cependant, l'extension des assurances-récolte peut nécessiter un soutien, car la plupart des agriculteurs ne sont pas en mesure de payer la totalité de la prime.

Dans l'ensemble, une adaptation réussie peut dépendre principalement des changements de comportement des agriculteurs (utilisation d'intrants améliorés tels que les engrais et de meilleures semences), des améliorations institutionnelles (prévisions localisées et spécifiques aux produits), ainsi que de la collaboration des personnes concernées, parties prenantes sur certaines mesures d'adaptation (résoudre des problèmes de stockage).

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires