Economie et Business

header ads

Gestion d'actifs : les tendances pour la prochaine décennie

L'activité de gestion d'actifs a dû faire face à un environnement changeant au fil des années. Le paysage continue d'évoluer avec certaines tendances clés, existantes et nouvelles, conduisant à l'adaptation des modèles et des stratégies.

Bernard Drotschie, directeur des investissements chez Melville Douglas et Stefan Viljoen, responsable des fiducies chez Standard Bank, a analysé ces tendances et partagé les points-clés de la gestion d'actifs pour la prochaine décennie. 

Les investisseurs recherchent actuellement des rendements plus performants, mais aussi composent avec la responsabilité climatique et l'impact social. Ils sont contraints de s'adapter et d'évoluer avec les donnes actuelles. Cette tendance ne fait que s'intensifier à mesure que les clients recherchent une croissance durable.

En outre, les investisseurs se tournent de plus en plus vers de nouvelles zones géographiques et classes d'actifs pour se diversifier et améliorer le rendement, ce qui a déterminé et remodelé les offres du secteur pour atteindre leurs objectifs financiers.

Avec la concurrence croissante, les gestionnaires de fonds sont devenus moins susceptibles de se baser continuellement sur une seule référence. Dans un contexte de rendements plus faibles, un examen approfondi des frais facturés a en partie renforcé la popularité de l'investissement plus passif. Mais il y a également une nouvelle tendance dans l'investissement indiciel qui commence à se manifester.

Davantage d'argent transféré aux stratégies environnementales, sociales et de gouvernance (ESG)

L'un des changements les plus importants à avoir un impact sur le secteur de la gestion d'actifs est la conformité ESG. Bien que cela ait pu fournir un avantage concurrentiel aux acteurs dans le passé, il fait maintenant partie intégrante de la gestion.

Cela ne signifie pas nécessairement devenir un activiste, mais les investisseurs doivent être en mesure de prouver aux clients et aux consultants qu'ils ont des interactions régulières avec les conseils d'administration et les équipes de direction pour vous assurer que la gouvernance adhère à des normes élevées afin de faire pression pour le social et l'environnement.

De nombreux gestionnaires d'actifs sont signataires de la norme des Principes pour l'investissement responsable des Nations Unies (UNPRI), et sont tenus de soumettre des rapports et des éléments d'audit à l'institution. Ils sont ensuite notés en conséquence, et cette information est disponible pour tous les clients et consultants.

Il a été prouvé au fil du temps que les entreprises et les équipes de direction qui respectent des normes élevées de principes ESG ont tendance à augmenter leurs bénéfices à un rythme plus rapide et plus durable. Un gestionnaire d'actifs peut obtenir des fonds importants s'il se conforme à l'UNPRI, car davantage de clients recherchent une croissance durable des investissements.

La montée en puissance des fonds passifs améliorés

La tendance à adopter des stratégies passives n'est pas nouvelle. Plusieurs investisseurs passifs ont retiré leurs actifs aux gestionnaires de fonds actifs au fil des ans, ce qui est principalement dû au fait que très peu de gestionnaires ont surperformé un indice de référence sur un cycle long.

Parallèlement, il y a des fonds passifs améliorés; où le fonds est spécialement conçu pour les clients en fonction de leurs besoins. Il existe désormais un marché des produits passifs sur mesure, avec un certain nombre d'acteurs majeurs dans le monde. Ils proposent aux clients, tels que les fonds de pension qui souhaitent atteindre un objectif spécifique, des stratégies passives sur mesure. Cet objectif peut être de couvrir ou de protéger les revenus qu'ils génèrent pour les clients au fil du temps.

Les fees restent à l'honneur

La question des frais (fees) est manifestement d'actualité. Dans le passé, les gestionnaires de fonds actifs pouvaient facturer ce qu'ils voulaient, en particulier pour un bon bilan. Mais la concurrence s'est intensifiée et il n'est donc pas toujours aussi simple pour les gestionnaires de fonds de surperformer continuellement sur un indice de référence. Il est maintenant d'usage d'adopter des frais facturés par rapport aux retours gagnés.

Il s'agit certainement d'une tendance qui se poursuivra au fil du temps et au fur et à mesure que les investisseurs seront mieux informés. Un nombre croissant de plateformes passives permettent aux clients d'accéder à l'indice à un coût proche de zéro, en fonction de l'indice dont on parle. Cela a incité l'industrie à proposer de nouveaux produits pour se différencier et améliorer les rendements.

Il ne s'agit cependant pas nécessairement de choisir entre passif ou actif. Le portefeuille d'un client type comprendra une combinaison des deux. Lorsque les entreprises est en perte, cela échappe au contrôle d'une stratégie passive, alors qu'un gestionnaire actif peut avoir eu des discussions avec la direction et analysé les états financiers, fournissant des informations précieuses sur la santé future d'une action.

D'énormes flux vers l'offshore et le private equity

Bien que cela ne soit pas spécifique au secteur de la gestion d'actifs, l'ampleur des transferts d'argent à l'étranger dure depuis des années, en particulier en Afrique. Il y a 20 ans, il était courant de ne gérer que les actifs nationaux, cela a maintenant changé. Les gérants d'actifs ont dû se réinventer pour devenir globaux.

C'est un ajustement pour l'industrie et ceci se poursuivra car les flux vers l'offshore montrent peu de signes de ralentissement, pour toutes sortes de raisons. Les opportunités offertes aux investisseurs sur le marché local ne représentent qu'une fraction de ce qui est disponible pour les investisseurs sur les marchés offshore. Cela a entraîné davantage de flux vers les actifs internationaux, en particulier les actions.

Dans le même temps, une somme importante d'argent a été allouée à des actifs privés ces derniers temps. Ces opportunités, qui existent en dehors du marché coté, ont tendance à être captées par les grands fonds de pension et les personnes fortunées qui recherchent quelque chose de légèrement différent et qui peuvent supporter la volatilité et le manque de liquidités.

Il n'y a qu'un nombre limité d'entreprises qui souhaitent s'inscrire officiellement en bourse, alors qu'il existe plusieurs entreprises privées qui peuvent être achetées à des prix beaucoup moins chers que si elles étaient cotées et, si elles sont bien gérées, récompenseront les investisseurs avec des rendements importants. Les investisseurs en private equity ont tendance à se concentrer dans les secteurs de l'informatique, de la santé et de l'alimentation et des boissons.

Passage des portefeuilles d'actions individuels aux portefeuilles de fonds

Le portefeuille de clients est de plus en plus géré via des fonds plutôt que par des actions directes. Au lieu de détenir un portefeuille d'actions individuelles, la tendance est maintenant d'avoir un portefeuille composé de fonds, fonds d'actions, fonds à revenu fixe ou autre. Il peut y avoir des raisons différentes selon la stratégie de chaque investisseur, mais certaines des considérations peuvent potentiellement être le fait que le gestionnaire de fonds peut négocier au sein du fonds sans déclencher un événement imposable, mais aussi des droits de succession dans des juridictions étrangères, en raison du situs (emplacement de l'actif).

De plus en plus, les investisseurs examinent plus attentivement les conséquences fiscales avant d'investir, mais il est recommandé à chaque investisseur de consulter également son fiscaliste, car l'impact lié à la situation personnelle peut être différent d'un investisseur et un contribuable à un autre. La taxe est toujours sujette à changement et donc importante à considérer attentivement afin de prendre une décision.

Il va sans dire que tout investissement doit avant tout avoir un sens et être convenablement pertinent par rapport aux besoins, aux objectifs et au profil de risque d'un client, et bien que les conséquences fiscales soient importantes et que leur impact soit potentiel sur le rendement, elles ne doivent pas être prises en compte de manière isolée.

Des algorithmes entraînant des mouvements de marché inédits

Qu'il y ait de bonnes ou de mauvaises nouvelles, les marchés ont tendance à être beaucoup plus sensibles qu'ils ne l'étaient auparavant. Une grande partie de cela est simplement motivée par le positionnement de certains fonds d'algorithmes. En utilisant des supercalculateurs et des algorithmes complexes qui captent les dernières nouvelles, les informations sur les sociétés, les actions, les situations économiques et les mouvements de prix et de volume, de nombreuses institutions effectuent désormais des transactions en quelques microsecondes, grâce à une pratique connue sous le nom de "trading program". Ces modèles entraînent de la volatilité sur le marché, où les volumes sont immenses et, dans certains cas, beaucoup plus élevés que ce à quoi le marché est habitué.

Dès qu’un événement inattendu survient, l’impact sur les marchés est bien plus important. 2020 est un exemple poignant, les marchés boursiers mondiaux ont diminué de 35% mais ont rebondi à leur niveau antérieur en seulement deux mois. C'est totalement inconnu et cela est en grande partie motivé par ces métiers. Cette technologie sensible pourrait créer des problèmes encore plus importants sur les marchés à l'avenir.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires