Economie et Business

header ads

Afrique : le débit d'échange Internet et cloud géré par NAPAfrica a dépassé les 2 terrabits/seconde


Le débit géré par NAPAfrica a dépassée la barre des 2Tbps (Terrabit/seconde) sur l'échange Internet avec une offre en forte croissance tirée par une communauté africaine dynamique et une demande toujours croissante de contenu et de services cloud en Afrique.


En 2022, NAPAfrica fêtera sa décennie d'existence dans un rôle central pour la transformation de l'accès à Internet et de l'interconnexion en Afrique. NAPAfrica a été créé en 2012 dans le but de stimuler le développement de l'échange Internet (IXP - Internet exchange point) dans un environnement neutre vis-à-vis des fournisseurs, Il est devenu le plus grand prestataire en IXP du continent et le septième au monde en termes de nombre de connexions gérées. Plus récemment, NAPAfrica a annoncé qu'il a dépassé le débit à plus de 2Tbps, avec plus de 500 organisations et entités officielles actives dans son réseau.


"La croissance de NAPAfrica est une grande réussite africaine. Il a commencé avec l'idée d'attirer du contenu mondial sur les contrées africaines tout en améliorant la latence. C'est devenu un hub d'interconnexion de premier plan qui façonne la croissance et l'accès à Internet sur le continent africain", a déclaré Jan Hnizdo (photo), Pdg de Teraco, où l'infrastructure de l'échange Internet réside dans des centres de données de colocation indépendants de fournisseurs situés à Cape Town, Durban et Johannesburg. Il a fallu huit ans pour que le débit du trafic sur l'échange Internet atteigne 1Tbps, et seulement un peu plus de 15 mois pour atteindre le double.

NAPAfrica a permis aux abonnés du peering d'accéder au contenu mondial à l'intérieur des frontières africaines et de maintenir localement le trafic. Auparavant, une grande partie du trafic était acheminé via l'Europe. Plus récemment, NAPAfrica a vu de nombreuses nouvelles entreprises rejoindre sa communauté de peering pour améliorer leur résilience, réduire leurs coûts et la latence d'accès au contenu et aux applications telles que Microsoft O365, AWS Cloudfront, Akamai et Cloudflare. NAPAfrica est devenu une pierre angulaire pour les organisations et les entreprises en soutenant leurs besoins en matière d'Internet et de communication.

Les investissements continus dans les infrastructures de télécommunications en Afrique, en particulier dans les zones de cloud locales comme Microsoft Azure et AWS, les câbles sous-marins et la fibre à large bande, ont également énormément contribué à la croissance de NAPAfrica, alors que la demande du continent en contenus et services cloud a augmenté rapidement.

Les entreprises africaines tirent parti des avantages du peering en se connectant aux déploiements cloud, aux réseaux, aux fournisseurs de sécurité et aux fournisseurs de contenu au sein de l'écosystème NAPAfrica dans le cadre de leur transition vers une économie numérique.

Le nombre d'IXP en Afrique a également augmenté de façon exponentielle depuis le lancement de NAPAfrica, passant de 19 en 2012 à 46 en 2020 : "Une augmentation de 140% du nombre d'échanges africains est une bonne nouvelle pour le continent et son interconnexion. Nous sommes fiers du rôle innovant que NAPAfrica a joué dans la conception de l'accès et de l'utilisation d'Internet en Afrique", a relaté un communiqué récent de NAPAfrica.

Le rapport Value of Connectivity de Deloitte indique que la connectivité Internet a déjà énormément profité aux économies développées, offrant des avantages économiques et sociaux de grande envergure. Il est essentiel d'étendre ces opportunités aux économies en développement en Afrique pour passer d'une économie basée sur les ressources à une économie basée sur la connaissance.

C'est dans cette création d'une économie basée sur la connaissance que l'Afrique et NAPAfrica ont vu l'immense croissance de fournisseurs de cloud qui lancent leurs services à travers le continent car le besoin de technologie basée sur le cloud augmente. À cela s'est ajouté l'investissement et l'adoption considérables dans les infrastructures de fibre et de câbles sous-marins, permettant aux utilisateurs d'accéder à des capacités plus élevées que jamais.


Michele McCann (photo), responsable de l'interconnexion et du peering chez Teraco, a déclaré : "Les gens ont maintenant découvert la véritable puissance d'Internet, que ce soit pour travailler à domicile ou pour le divertissement pur. Du point de vue du contenu, l'EURO 2020 a par exemple ajouté plus de 400 Gbit/s de trafic supplémentaire à l'échange".

La demande accrue sur les réseaux, pour servir les utilisateurs distants, a entraîné l'adoption d'applications cloud et de sécurité clés telles que les services Microsoft O365, AWS, Cloudflare et Zscaler.

Alors que NAPAfrica continue de jouer un rôle important en desservant non seulement l'Afrique du Sud mais aussi la région de l'Afrique australe, Michele McCann a indiqué que "des chiffres de croissance du trafic similaires se produisent ailleurs sur le continent dans des pays tels que l'Angola, le Botswana, la RDC, le Lesotho, Madagascar, Maurice, Malawi , Mozambique, Namibie, Réunion, Seychelles, Swaziland, Zambie et Zimbabwe".

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires