Economie et Business

header ads

Omolabake Adenle va lancer une app de reconnaissance vocale pour 5 langues d'Afrique


Omolabake Adenle, stratège en investissement et ingénieure américaine d'origine nigériane, a remporté le prix "DEI In Voice" attribué par Women in Voice (WiV), un organisme international à but non lucratif basé à Seattle. Ce prix lui a été décerné pour ses contributions exceptionnelles à la promotion de la diversité, de l'équité et de l'inclusion culture.

Cette ancienne étudiante de l'Université de Cambridge, qui a attiré l'attention des observateurs, a créé un logiciel de reconnaissance vocale et de synthèse vocale pour cinq langues africaines. Omolabake Adenle estime avoir été distinguée parmi les trois autres finalistes de la catégorie car sa solution comble le vide en matière de disponibilité des technologies vocales pour les langues africaines.

Titulaire d'un doctorat en traitement du signal bayésien, elle est la fondatrice d'un studio de développement d'applications, Aja.la Studios, qui a été renommé pour devenir Ajala.ai à la suite d'un changement majeur au sein de la société. Après son doctorat, elle a décidé de ne pas aller dans le milieu universitaire, mais plutôt de se tourner vers le conseil dans les banques d'investissement. Inspirée par l'apprentissage de l'alphabet anglais par ses cousins ​​via une application, elle a décidé de créer une application qui pourrait également les aider à apprendre la langue yoruba.

Appelée SpeakYoruba, l'application payante a été publiée sur Google Play Store en 2010, mais elle n'est plus disponible sur la plateforme. Par la suite, Omolabake Adenle a reçu des demandes pour construire quelque chose de similaire pour d'autres langues, mais elle n'a pas pu répondre à cause de l'exigence de son poste de conseil en investissement.

"Il y a quelques années, lorsque j'ai décidé de créer une entreprise, j'ai pensé que je pourrais revisiter cette application qui a bien fonctionné et voir si je pouvais proposer quelque chose qui pourrait s'appuyer sur cela. Je voulais ajouter une fonctionnalité qui permettrait aux jeunes de dire quelque chose à l'application, et l'application leur dira s'ils ont prononcé le mot correctement. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que la reconnaissance vocale n'était pas vraiment disponible pour les langues africaines", a-t-elle expliqué dans une interview sur Techpoint Africa.

Omolabake Adenle a ainsi décidé de ne pas limiter la solution à l'application et y a vu une opportunité de construire quelque chose de plus large. Présentant l'idée à Innovate UK, elle a obtenu une subvention pour explorer davantage l'idée. Au cours de la première année, elle a développé des algorithmes complexes et des modèles acoustiques pour la reconnaissance vocale et la synthèse vocale pour deux langues africaines en utilisant l'apprentissage en profondeur. Voyant les progrès, elle a reçu un fonds d'amorçage de Innovate UK en 2018.

La reconnaissance vocale est la technologie sous-jacente derrière Siri et Alexa. Elle permet à l'assistant numérique de comprendre ce qui lui est dit et de le traduire en texte, tandis que la synthèse vocale permet à l'IA de répondre avec une voix articulée.

Le plan d'Omolabake Adenle est de créer une plate-forme indépendante des solutions qui offre un large support pour plusieurs langues. Cela signifie qu'elle ne se concentrera pas sur une application en particulier, mais permettrait à d'autres développeurs de s'appuyer dessus pour leurs solutions localisées sur mesure.

La solution est toujours en phase bêta, et son lancement officiel est prévu au quatrième trimestre 2021. Elle fonctionnera pour cinq langues africaines : le yoruba, le haoussa, l'ibo, le kiswahili et le kinyarwanda. Outre le fonds d'amorçage, Ajala.ai est également en partenariat avec deux grandes institutions africaines qui cherchent à créer des solutions vocales dans les langues africaines.

En parlant de l'avenir de sa startup, le plan d'Omolabake Adenle est de créer plus de solutions qui répondent aux besoins particuliers de l'Afrique. 

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires