Economie et Business

header ads

Pétrole, Gaz et ESG ; analyse de Camillo Atampugre (Absa Securities UK)

Camillo Atampugre (photo) est directeur Ressources Energie chez Absa Securities, au Royaume-Uni. Il a rapporté une analyse personnelle sur l'investissement ESG fait par les compagnies pétrolières et gazières, notamment en Afrique,  

"L'investissement ESG (environnement, social, gouvernance) est d'actualité auprès des investisseurs activistes au cours des deux dernières années, mais bien que l'on se concentre beaucoup sur les éléments "E" et "G", une analyse pourrait être soulevée : il y a une mauvaise compréhension de l'élément "S" et en particulier comment il se rapporte sur l'Afrique.

Pour rappel, l'investissement ESG examine trois éléments : les problèmes liés à l'environnement (E), au social (S) et à la gouvernance (G), les parties prenantes devant non seulement examiner les paramètres financiers d'une transaction, mais également les paramètres non financiers.

Cela crée une dynamique intéressante, en particulier lorsque ces trois éléments ne s'alignent pas, et c'est une discussion clé importante pour le secteur des ressources en Afrique en ce moment.

Il ne fait aucun doute que les secteurs de l'énergie, en particulier le pétrole, le gaz et le charbon, ont leurs détracteurs lorsqu'ils sont mesurés par rapport à l'élément environnemental. Après tout, l'énergie propre est l'avenir, n'est-ce pas ?

Il est facile de réprimander une institution financière pour avoir soutenu un projet de charbon ou de s'adresser aux médias sociaux pour critiquer un nouvel investissement dans les infrastructures pétrolières et gazières, jusqu'au point où les projets sont retirés.

Le pétrole et le gaz resteront une composante clé du mix énergétique du continent africain pour les 5 à 10 prochaines années au moins. Il suffit de regarder le prix du pétrole qui se négocie actuellement à 70 dollars le baril de Brent pour comprendre que si l'énergie alternative est une option croissante, le pétrole est là, pour au moins à court terme".

"En ce qui concerne l'Afrique, nous devons apprécier à quel point ce secteur est important."

"Actuellement, il représente environ 20% du produit intérieur brut (PIB) du continent et dans des endroits comme l'Angola et le Nigeria, il représente près de 70% des devises fortes générées par ces pays et près de 60% des recettes fiscales des gouvernements.

Alors que le Nigeria, le Mozambique et l'Angola sont souvent identifiés comme les principaux acteurs pétroliers et gaziers sur le continent, il y a également eu des développements au Kenya, en Ouganda, en Éthiopie, à Madagascar et en Tanzanie. Au fur et à mesure que le bloc commercial africain se développe et s'intègre, cela attire de nouveaux investissements à travers les chaînes de valeur.

En termes d'offre, la part de l'Afrique dans la production mondiale de brut a évolué entre 9 % et 12 % au cours de la dernière décennie, ce qui a attiré d'importants investissements étrangers qui se traduisent par des emplois, le développement des marchés des capitaux et d'autres avantages en aval.

Reconnaissant le rôle stratégique du secteur dans leurs économies, des pays comme l'Angola et le Nigeria ont pris des mesures pour améliorer les éléments de gouvernance. En Angola, le président s'est particulièrement attaché à assainir l'image du secteur et à courtiser les investisseurs étrangers tandis que la Chambre d'assemblée nigériane a récemment adopté le projet de loi sur l'industrie pétrolière qui vise à faciliter les investissements pour les opérateurs pétroliers et gaziers nigérians".

"Cela laisse le côté "S" de l'équation."

Si le secteur a encore du travail à faire pour assainir son image, il ne faut pas oublier que bon nombre de projets ont une durée de vie de 20 à 30 ans et que les acteurs de ces projets comprennent tous que s'ils ne peuvent obtenir un aval social et communautaire, leurs projets ne décolleront pas. Dans des cas plus extrêmes comme le Nigeria et le Mozambique, les infrastructures peuvent devenir une cible de troubles sociaux et créer des situations de sécurité intenables qui augmentent le coût des projets.

Tout comme le secteur minier en Afrique du Sud, l'équivalent des "plans de travail social" est en cours d'élaboration pour garantir que les avantages des projets pétroliers et gaziers profitent aux communautés touchées.

Outre les gains évidents de création d'emplois et d'investissements en devises fortes dans les communautés, il existe d'autres avantages en aval. Les gouvernements africains dépendent des revenus du secteur pour repositionner leurs économies sur la voie de la durabilité et d'une transition juste.

Par exemple, la major pétrolière Shell a joué un rôle central en investissant dans les infrastructures de santé pour aider à lutter contre Ebola et le VIH, tout en étant un acteur majeur du premier programme d'assurance maladie communautaire De même, l'acteur pétrolier et gazier Oando a formé plus de 2.800 enseignants et soutenu financièrement 88 écoles via sa Fondation Oando".

"La construction de projets durables et prévisibles crée une situation gagnant-gagnant pour toutes les parties prenantes."

"Aux yeux des investisseurs activistes en ESG, l'équation est simple : appuyez sur un interrupteur et les sources d'énergie renouvelables et propres pourront remplacer les sources d'énergie traditionnelles. Pour l'Afrique, la transition se fera sur une période de temps en mettant l'accent sur la réduction de la pauvreté et l'accès à une énergie abordable".

"Sur le continent africain, une discussion beaucoup plus nuancée s'impose."

"On pourrait faire valoir que les secteurs ont besoin d'un peu de relooking d'image, au lieu de se concentrer sur la façon dont le secteur extrait les ressources des marchés émergents, une analyse profonde dans les avantages économiques, et l'opportunité qu'il présente pour l'Afrique pour se développer de manière durable. pourrait peindre une direction très différente.

En tant que banque d'investissement spécialisée dans le financement de projets pétroliers et gaziers en Afrique, et ayant une connaissance approfondie du continent, nous sommes impatients de travailler sur des projets qui cochent les 3 éléments ESG d'une manière socialement responsable".

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires